Qui a tué les Muller sur la Riviera Suisse ? de JeF Pissard

     Prenez une affaire criminelle bien saignante et suffisamment mystérieuse pour captiver un large échelon de la population allant de l’étudiant boutonneux à la ménagère désœuvrée, en passant par toutes les autres cartes du jeu des sept familles.

Lancez quelques enquêteurs, style journalistes d’investigation particulièrement compétents et accrocheurs, qui éplucheront systématiquement, indices, photos, rumeurs, faits, rapports de police, qui interrogeront voisins, familles, amis, proches, flics, juristes, médecins légistes, et aussi quelques inconnus artistiquement floutés ayant fait le choix de demeurer anonymes.

Munissez-vous d’une carte Michelin pour bien repérer les lieux, d’un guide touristique afin de repérer de beaux sites locaux et d’un appareil numérique susceptible de shooter un nombre indéfini de clichés et bien sûr d’une caméra full HD.

Une fois cet important panel d’études achevé, confiez le tout à un scénariste TV talentueux qui se chargera de rédiger, scène après scène les éléments constitutifs du film à venir puis à un réalisateur nerveux qui nous concoctera un show réalité à l’américaine.

Le concept est défini, Ce sera une reconstitution narrée… Il nous faut à présent un titre…

« Faites entrer l’accusé » déjà pris !  

Nous proposons. “Rapport d’enquête… Ou « enquête en cours » ou bien encore « affaires élucidées”

Personne n'est d'accord ? OK,  Séance de brainstorming demain au studio !

Le directeur de casting s’est chargé d’auditionner puis de sélectionner un présentateur TV, genre beau gosse, la quarantaine,  mal rasé mais propre sur lui,  le style baroudeur qui nous racontera avec tout le talent de sa verve narratrice la périlleuse enquête, comme s’il l’avait lui-même vécue.

Il sera entouré de comédiens qui, régulièrement, incarneront les véritables antagonistes, revivant des dramatiques situations sous l’indispensable et discrète inscription portée en bas et à droit de votre écran : reconstitution. (Ben oui, au où certains spectateurs peu futés s’imagineraient avoir devant les yeux les véritables victimes du drame revenues de l’au-delà afin interpréter leur propre rôle).

Deux petits plus au gout sucré de cerise sur le gâteau.

Une équipe de tournage a filmé quelques véritables témoignages plus ou moins mis en scène et des stagiaires fouilleurs ont déniché quelques vieilles images d’archives dans les stocks de l’INA.

L’émission “narration d’enquête” (oui le titre a finalement été trouvé par l’assistant monteur) est diffusée. 

Sous titre de complément : Qui a tué les Muller sur la Riviera Suisse ? C'est long mais accrocheur… Et puis ça sous entend que nous détenons la réponse ! 

ça passe en "prime time" et c’est un succès !  

Il faut dire qu’elle était vraiment bien ficelée cette émission  et, avec un réel professionnalisme,  elle a su rendre passionnant ce macabre faits divers.

À quand le second programme ! La chaine signe tout de suite !

Tel était le pari de JeF Pissard. Nous proposer avec ses mots, son humour décalé et son originalité, la totalité de ce que je viens d’énumérer, sans cependant  nous accorder la moindre image accrocheuse, la moindre vedette de télé au regard gris acier, le moindre comédien talentueux cachetonnant dans le but de nous arracher toutes les larmes de notre corps,  ni le moindre flic taciturne et retraité qui accepte courageusement de témoigner.

Et ça marche ! Ambiances et descriptions se bousculent si régulièrement sur les pages  qu’elles permettent à notre imaginaire brutalisé de se créer lui-même l’émission en direct et de se la visionner virtuellement. On visualise même la tête des personnages ! 

Pour résumer, c’est la télé sans la télé. C’est Christophe sans Hondelatte, C’est une d’émission de télé sans page de pub ! Et rien que pour ça, Jef mériterait un César ! 

Chroniques criminelles sans replay – On choisit l’horaire, inutile de se presser.

Allez un petit couplet de "contre" 

"Ha non ! C’est un peu court jeune homme ! "... Parfois

 On regrette presque la simplicité du dénouement que l’on voyait progressivement venir. En fait, on voudrait en savoir plus. On se dit : l’auteur a choisi le format “Enquête criminelle”. OK !  Mais peut-être aurait-il pu argumenter, prévoir un plus long métrage, rajouter à son équipe de chercheurs un journaliste psychologue qui, en s’intéressant plus aux suspects, aurait su les transformer en personnages attachants et complexes, susceptibles d’être aimés, plaints ou détestés.

Mais, je reconnais volontiers que par malice, je fouille le pelage d’un chat angora à la recherche d’une simple et modeste puce… Ce bouquin se lit sur une respiration. La preuve, je l’ai consommé en moins d’une matinée sur ma liseuse, lors d’un salon littéraire aux visiteurs plus que parsemés.

Donc un bouquin court, intéressant et parfois drôle… en un mot réussi.

Et pour l’anecdote. La postface très argumentée chargée d’instruire  le lecteur ignare, m’a rappelé la collection marabout poker de mes jeunes années qui, au terme de chaque roman, proposait plusieurs dossiers reprenant et détaillant les différents thèmes, lieux et faits historiques, abordés par l’auteur. J'ai appris plein de choses comme ça… Et de façon ludique ! 

Lien Amazon 

 

Retour à la liste :

Retour à l'accueil