« Il existe un passage reliant le monde du réel au monde du virtuel. Des millions de joueurs l’empruntent chaque jour sans rencontrer le moindre problème. Ce passage, je l’ai parcouru des centaines de fois. Chaque nouvelle expérience était plus intense, plus violente que la précédente. Le temps passé là-bas me rendait plus forte, plus inspirée. La “Moi” de là-bas, c’était une autre “Moi”, supérieure, prête à tout, capable de tout.

Et puis un jour j’ai laissé la porte ouverte, le processus s’est inversé. Une tueuse psychopathe a emprunté le passage dans l’autre sens pour s’emparer de moi.

Bascule ! Confusion ! Inversion ! Les mots, ici, là-bas, ont perdu leur sens… Engluée dans les débris d’un virtuel trop réel, je ne savais plus qui j’étais ni où j’étais ! »

                                                                   Extrait du journal de Coralie

                                                            « Chroniques d’un avatar – Tome 1 »


Les chroniques d'un avatar  


 

Le Tome 1 résumé par Coralie.

Je suis Coralie. À 16 ans, j’étais une fille solitaire, mal dans sa peau, passionnée de citations litteraires, que l’on qualifiait de « surdouée ». Faisant référence au nom du personnage virtuel que j’ai créé et que j’anime dans le jeu en ligne « Life-Tower.com, certains ont pris pour habitude de me désigner par le nom de mon avatar. Mon avatar s’appelle Asuna, elle est l’inverse de moi. Belle, courageuse, violente, forte, sans pitié, c’est une guerrière.

Je suis douée, je vous l’ai dit. Très vite, Asuna et moi sommes devenues des légendes sur le jeu. Nous dérangions, à tel point que nous parvenions à déstabiliser concepteurs et joueurs. Un véritable plaisir pour la fille introvertie que je suis. Presque une revanche sur la vie.

À l’époque, je ne quittais plus mon clavier, devenant ce que l’on nomme une “no-life”. Mes parents se sont tout d’abord inquiétés, puis ils ont pris l’initiative d’agir, stupidement. Un jour, trop agacée pour réfléchir aux conséquences de ses actes, ma mère a brutalement déconnecté ma console de jeu alors que je bouclais une partie.

C’est alors que tout a basculé.

Empruntant le passage demeuré ouvert, Asuna s’est introduit dans notre monde réel, s’emparant de mon corps et mon âme. J’ai bien tenté de résister, mais elle était plus forte que moi. Je n’ai pas pu lui résister. Elle a tiré sur mes parents, les blessant gravement. J’ai voulu expliquer, j’ai voulu la dénoncer ! Mais la police n’a pas cru à mon histoire. Reconnue irresponsable de mes actes, atteinte d’après les psychiatres de troubles schizophréniques associés à un dédoublement de la personnalité, j’ai été internée dans un établissement psychiatrique en milieu fermé, le centre de Mareville, dirigé par le docteur Peyrard.

Enfermées dans une cellule, Asuna et moi cohabitions. J’ai appris à la connaître, à la maîtriser, à la camoufler, mais pas à la faire taire. Benjamin Garoupe, un art-thérapeute débutant, s’est intéressé à moi. Ensemble nous avons analysé mon expérience, nous l’avons mis en scène, afin de l’interpréter, comme de vrais comédiens, comme une vraie fausse histoire. Ce fut une réussite. Moins de deux ans après mon internement, pour le docteur Peyrard, j’étais guérie. Je pouvais sortir.Bien entendu le bon docteur ignorait tout de cette Asuna qui veillait en moi, épiant mes faits et gestes, me guidant parfois. Il ignorait également la présence de mon “ange gardien” Saint Thomas, alias le commissionnaire,   que j’étais seul à voir. Il ignorait enfin ma soif de revanche, mon désir de sortir, ma faim d’exister.

Ils m’ont libérée. Je suis rentrée à la maison. Ellis, mon père a pardonné à sa fille, mais il n’a pas pardonné à “ Life-Tower.com. Désireux de venger Carole, ma mère aujourd’hui tétraplégique, désireux de me venger, il s’est attaqué au jeu, bien décidé à le faire interdire. Victime d’un grave accident, il n’a pu mener à bien son projet. Quelqu’un a sans doute ordonné l’élimination de mon père. J’ignore sincèrement si ce quelqu’un était moi.

Voici la suite de mon histoire !  A moins que ce ne soit celle d'Asuna ! 


CHRONIQUES D’UN AVATAR

TOME 2

"L'Amazone de la station Javel" 



Le résumé du Tome 2


Existe-t-il un passage entre réel et virtuel ? Asuna, l’avatar guerrier, l’a-t-elle emprunté ? Est-ce elle qui tue ou bien celle qui l’a créée ? Certains affirment que Coralie Winder est une dangereuse psychopathe semant la mort. Son thérapeute prétend qu’elle souffre d’un trouble dissociatif de l’identité se traduisant par un dédoublement de sa personnalité ? Qu’en est-il ? Coralie fuit pour exister. Asuna détruit pour la protéger, toutes deux tentent de survivre. Serait-il possible qu’elles partagent le même corps ? Comment distinguer le vrai du faux ? Comment situer la vérité quand le virtuel échappe à notre réalité ? En plein cœur de Paris, arrivant tout droit de son Forez natal, poursuivie par tous les flics de la capitale, mais aussi par une population d’internautes fanatiques et surexcités, Coralie, tentant de comprendre ce qui lui arrive, sème un désordre indescriptible. Seul un groupe de Foréziens perdus dans la grande ville et Jed, un jeune autiste Asperger totalement décalé, vont tenter de lui venir en aide.


Un premier extrait 

 

22 février 2023 — J-2918

Coralie se sait invisible. Flottant à quelques mètres du sol, dans d’une drôle de vapeur bleutée, elle entend le souffle cadencé de la mer, mais n’en distingue pas les flots. L’univers qui l’entoure n’est pas authentique. Elle ressent d’inobservables présences autour d’elle. Elle perçoit aussi des discours qu’elle ne peut comprendre. Soudain un homme apparaît. Progressant d’un pas tranquille, il semble réel. Coralie le reconnaît. Elle l’a si souvent rencontré par le passé.

— Saint-Thomas, mon fidèle ange gardien.

Il lève la tête, affichant un inexplicable sourire. L’a-t-il entendu ? Elle voudrait rester, elle voudrait savoir. Elle voudrait lui parler. Trop tard, la vision s’évanouit. Elle ouvre un œil.

Encore et toujours ce drôle de rêve !

 
 
 
 
 
 
 



 
 
 
 
 

 

Suivez mon actualité sur ma page auteur  Facebook

https://www.facebook.com/jeanbjouteur/